bandeau

Conte

dimanche 24 septembre 2006

Il était une fois un roi et une reine très malheureux parce qu’ils n’avaient pas d’enfants.
La reine avait tellement pleuré qu’elle n’avait plus de larmes.
Et maintenant elle ne voulait plus voir le soleil. Elle voulait que tous les rideaux soient fermés.
Le roi ne s’occupait plus de rien et il tournait en rond dans le jardin.
Un jour, un petit page lui raconte :

  • Sire, je ramasse les pétales de fleurs tombés sur les pelouses du parc. Hier, en arrivant à la dernière pelouse tout au fond de votre royaume, j’ai vu une maison rose pleine d’enfants sans parents. Si vous y allez, on vous en donnera peut-être un. Le roi répond : tu dis des sottises, les enfants ont toujours des parents. Le page lui dit :
  • Sire, les parents de ces enfants-là sont peut-êre morts, ou trop malades ou trop malheureux pour s’en occuper eux-même. Allez donc voir. Le roi et la reine montent sur le même cheval et ils galopent jusqu’à la dernière pelouse tout au fond du royaume. Là un homme balaie les feuilles devant un grand mur percé d’une porte solide. Il demande au roi et à la reine :
  • que venez-vous faire ici ? Le roi lui dit :
  • Nous voulons un enfant. L’homme lui répond :
  • les enfants sont derrière le mur. Pour ouvrir la porte, il faut la clé et la clé est là dans les ronces : Vous n’avez qu’à la prendre si vous voulez bien souffrir un peu tous les deux. Aussitôt le roi se penche, fouille les ronces et, en s’écorchant les mains, il finit par trouver la clé. Le roi et la reine suivent le balayeur de feuilles. Ils entrent dans le jardin mais ils reculent. Ils ont peur : Un buisson de serpents emmêlés se dresse devant eux en sifflant. Le balayeur de feuilles leur dit :
  • Eh sire ! si vous voulez un enfant, il faut savoir vous battre. Aussitôt, le roi sort son épée et en donnant des grands coups, il tue tous les serpents. Le roi et la reine montent encore et ils arrivent devant une grille fermée avec une chaîne nouée dix-huit fois. Là, le balayeur de feuilles dit :
  • C’est comme ça : si vous voulez un enfant, il faut aussi savoir être patients. Aussitôt la reine se met à défaire les noeux du premier jusqu’au dix-huitième et elle finit par ouvrir la grille . Derrière la grille, une vieille femme est assise par terre sur le chemin. Elle tend la main. Le balayeur de feuilles dit :
  • Bien sûr si vous voulez un enfant, il faut savoir donner, c’est très important. Aussitôt, la reine donne ses pièces d’or, la mendiante refuse de les prendre. Le balayeur de feuilles dit :
  • repartons ! je vois que vous ne savez pas donner. Alors, la reine descend de son cheval, elle court vers la vieille femme et, doucement, elle arrange son fichu.

Le balayeur de feuilles dit : Bon ! puisque vous savez vraiment donner, vous pouvez entrer dans la maison ; mais il faudra aussi savoir écouter .
Le roi et la reine courent vers la maison rose et ils ouvrent les portes :
Il y a là, des dizaines d’enfants. Ils crient, ils chantent, ils se disputent, ils rient, ils réclament, ils pleurent et ils font un bruit assourdissant.
Mais le roi et la reine ne se bouchent pas les oreilles ; Ils se penchent vers chaque enfant en essayant d’entendre ce qu’il dit.
Celui-là veut boire du lait, celle-là veut un ours en peluche, un autre veut se laver, une autre veut jouer au ballon, celui-ci veut un petit frere, celle-là veut une grande soeur.
Soudain, le roi et la reine entendent une petit voix qui répète :

  • Moi, je voudrais bien qu’on m’aime. Alors, le roi et la reine sentent battre leur cœur. Ils demandent :
  • Qui a parlé ? Est-ce un garçon ? Est-ce une fille ? C’est une petite fille qui leur tend les bras. Alors, pleins de joie, le roi et la reine l’embrassent et ils l’emmènent chez eux au galop. La reine dit :
  • Je n’oublierai jamais ces enfants. Je vais en parler a tous les parents qui veulent adopter un enfant, je leur dirai quel est le chemin qui conduit à cette maison-là.

Arrivée chez elle, la reine rouvre ses rideaux, pour mieux voir sa fille.
Le soleil entre enfin dans la chambre.
Il voit un père et une mère qui rient avec leur enfant et c’est si joli à voir qu’il se couche très tard, ce soir-là.


forum

Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 377272

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Adoption  Suivre la vie du site Divers   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.19 + AHUNTSIC

Creative Commons License