bandeau

La Fistule, un mal oublié

samedi 13 mars 2010

Nous avons reçu de TESFAYE BEZAWIT, qui a été étudiante à Grenoble une article que nous publions bien volontiers. En effet le fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) a choisi l’année 2015 comme année d’élimination des fistules. Vous trouverez des informations complémentaires sur le site www.fistules.org consacré à la campagne des Nations Unis.
Le Monde du Vendredi 12 Mars 2010 a publié un dossier indiquant que « La lutte contre la mortalité maternelle ne progresse pas » et a publié entre autres un article intitulé « En ethiopie un hôpital se consacre depuis 1974 à la réparation des fistules obstétricales »

LA FISTULE, UN MAL OUBLIE.

Dans le Nord de l’Ethiopie, et surtout dans la région Amhara, la pratique du mariage arrangée est très courante. C’est une tradition observée par nos ancêtres depuis les temps reculés afin d’assurer l’avenir de leurs enfants et de les élever dans la hiérarchie sociale.
Les mariages arrangés sont souvent très précoces. En moyenne, 40% des femmes sont déjà mariées à l’âge de quinze ans, une situation qui les rend particulièrement vulnérables à la violence conjugale, à la non-scolarisation, ou à la dépendance économique.

La fistule obstétricale, lésion du périnée source d’incontinence chronique, touche chaque année plus de 8000 femmes en Ethiopie. La fistule obstétricale est la constitution d’une communication anormale (une fistule) entre la vessie et le vagin (fistule vésico-vaginale) ou entre la vessie et le rectum (fistule vésico-rectale) survenant à la suite d’une grossesse compliquée.
Les fistules sont favorisées par le jeune âge de la parturiente, dont le pelvis n’est pas entièrement développé. Souvent ces femmes sont exposées à des cas de dystocie, c’est-à-dire la disproportion marquée entre la tête du bébé et le bassin. L’accouchement requiert alors une césarienne mais cette intervention n’est pas toujours disponible.
L’accouchement peut ainsi se prolonger sur plusieurs jours sans que la femme ne soit médicalement assistée. La pression prolongée qu’exerce la tête du bébé contre le bassin de la mère interrompt l’afflux du sang dans les tissus mous qui entourent la vessie, le rectum et le vagin, entraînant la nécrose du tissu.
Dans les cas non fatals pour la mère, le fœtus décède lors de cet accouchement prolongé. Il se ramollit et parvient à être expulsé au bout de quelques jours. Une escarre se forme au niveau du tissu nécrosé et la fistule se forme secondairement, après la chute de cette dernière.
Chagrinées par la perte du fœtus, répugnées par leurs maris et exclues de leurs sociétés, ces femmes doivent s’attendre à une vie d’isolement, d’humiliation et de solitude. Elles n’ont même pas droit à participer aux cérémonies religieuses. Ce sentiment de gêne et d’exclusion est aggravé par l’incontinence urinaire, qui se traduit par la perte constante d’urine et de selle.

Pourtant tout espoir n’est pas perdu. Comme l’exprime le vieil adage Ethiopien « Linega sil Yechelemale », la nuit s’en va, vient le jour.
Face à ce problème, Le Ministre de la Santé d’Ethiopie prend des mesures préventives, telles que le planning familial, la contraception, et l’éducation des femmes Amhara.
En outre, le centre médical de la fistule « Fistula Hospital » à Addis-Abeba prend en charge les femmes qui souffrent de la fistule. Le coût du transport pour atteindre ce centre, subir une intervention chirurgicale, et recevoir des soins postopératoires (environ 3000 birrs) est souvent cher et prohibitif. Mais ces femmes ont au moins la possibilité d’être traitées grâce à une intervention chirurgicale, dont les taux de succès vont jusqu’à 90 % dans les cas simples. La plupart des femmes reprennent une vie normale après avoir reçu des conseils et s’être réinsérées dans leur communauté.
Enfin, la médiatisation de ce phénomène a sans doute eu des échos au sein de la communauté internationale et a produit les effets escomptés. Le film « A Walk to Beautiful » laisse comprendre que la fistule n’est pas seulement le combat des femmes analphabètes qui vivent dans des zones reculées. Les épreuves qu’elles endurent, leurs efforts de reconstruction racontent une histoire d’espoir, de courage et de transformation.

site www.fistules.org

Voir en ligne : www.fistules.org

Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 418290

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site L’Ethiopie  Suivre la vie du site Culture et traditions   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.19 + AHUNTSIC

Creative Commons License