bandeau

Où en est-on au niveau de l’adoption ?

jeudi 22 novembre 2012

1. L’adoption internationale aujourd’hui

La presse tant écrite qu’audiovisuelle (notamment « Le Monde » du 14/15 octobre et Journal de 20h sur France 2 du mercredi 17 octobre) communique sur la situation de l’adoption internationale dans le monde. Dans le monde entier, on observe une diminution importante du nombre d’enfants confiés à l’adoption internationale. Pour la France 4136 enfants arrivés en 2005, 3508 en 2011 et on estime qu’ils seront moins de 1500 en 2012.

2. Et en Ethiopie ?

Depuis 2 ans, les autorités éthiopiennes ont souhaité réorienter leurs travaux sur une prise en charge locale des enfants (parrainage, familles d’accueil, prise en charge par la communauté, adoption nationale) ce qui diminue de fait le nombre d’enfants confiés à l’adoption internationale.

Passerelle s’est toujours mobilisée en premier lieu pour l’aide sur place et a toujours considéré que l’adoption était en effet la solution de dernier recours quand aucune solution satisfaisante ne peut être trouvée pour l’enfant dans son pays d’origine.

La mise en place de cette nouvelle organisation s’est avérée complexe. Après plusieurs mois d’arrêt total, les adoptions ont repris au compte-gouttes.

3. Les conséquences dans les orphelinats avec lesquels nous travaillons.

De ce fait, dans certaines régions les centres d’accueil (orphelinats de région) ont été fermés par les autorités, ce qui a entraîné une diminution conséquente du nombre d’enfants pris en charge en vue d’adoption et arrivant à Addis Abeba. Le personnel s’est retrouvé en sureffectif sur l’ensemble des structures d’accueil, augmentant la charge de fonctionnement de ces structures.

Parallèlement, des difficultés administratives en province ont rendu compliquée la constitution des dossiers permettant de prouver l’adoptabilité des enfants. Ceci a entraîné un net rallongement du séjour de chaque enfant dans les structures, voire, pour certains, une impossibilité de les faire adopter.

Pour autant, ces enfants ont toujours besoin de soins, de manger, d’être scolarisés pour les plus grands, etc. ce qui reste une préoccupation prioritaire pour Passerelle.

4. Concrètement…

Les dernières informations reçues de nos partenaires en Ethiopie le 16 octobre 2012 font état de :

  • A Addis Abeba : 74 enfant au Toukoul (12 enfants handicapés, 1 enfant HIV, 61 autres enfants) et 383 enfants parrainés dans leur propre famille.
  • A Gelan : 165 enfants à l’orphelinat (23 enfants handicapés, 23 enfants HIV et 119 autres enfants) et 65 enfants parrainés dans leur propre famille.
  • A Burrayou : 207 adolescents, 153 enfants de plus de 7 ans à l’orphelinat (11 enfants handicapés, 43 enfants HIV, 99 autres enfants), et 55 enfants parrainés dans leur propre famille.

On désigne par « autres enfants » les enfants destinés à être adoptés ou, le cas échéant, rendus à leur famille biologique si la demande d’adoption est rejetée par le tribunal. A ces enfants s’ajoutent les enfants présents dans les centres d’accueil et parrainés en province dont le nombre est variable.

5. Nos dossiers d’adoption en cours

A ce jour :

  • 13 dossiers de famille de Passerelle sont en attente d’un apparentement en Ethiopie dont certains attendent depuis presque 2 ans.
  • 13 enfants sont arrivés depuis le 1er janvier 2012,
  • un est en attente de visa,
  • 2 autres sont en attente d’une date de jugement.

Aujourd’hui Passerelle est confrontée à des difficultés relativement nouvelles de constitution des dossiers des enfants en Ethiopie. Prenons un exemple basé sur un dossier réel :

  • Pour un enfant abandonné par un parent identifié, le Ministère a demandé la preuve que personne de la famille proche ou éloignée ne pouvait le prendre en charge.
  • Une fois cette preuve obtenue, il nous a été demandé de faire authentifier le document par le tribunal local (kebele).
  • Cette authentification faite, il a été demandé une authentification par le tribunal de région (woreda).
  • Toutes ces démarches sont entrecoupées par des vacances du tribunal, des difficultés de communication dues à l’éloignement, etc. qui rendent la procédure longue (7 mois entre l’apparentement et l’obtention d’un seul document supplémentaire) et incertaine pour les parents adoptants.

Bien entendu, il s’agit d’un dossier particulier, cela peut être plus rapide, mais malheureusement aussi plus long.

Du fait de cette lenteur et jusqu’à un changement significatif de cet état de fait (qui sera annoncé sur notre site) Passerelle ne souhaite pas allonger la liste d’attente actuelle. En effet, nous souhaitons tout d’abord accompagner les dossiers déjà en attente.


Accueil | Contact | Plan du site | | icone statistiques visites | info visites 377272

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Adoption  Suivre la vie du site Divers   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.19 + AHUNTSIC

Creative Commons License